Message de service

Un jour de ce mois de janvier alors que je cherchais une manière originale de faire un petit mot pour les vœux, à vous chers lecteurs, j’ai, comme une grande partie de l’humanité, pris un tsunami sur le nez.

Je me suis beaucoup posé la question de savoir si j’avais envie de donner mon avis ici, d’y partager mon désarroi, ma détresse.

J’estime que ce n’est pas le lieu ni l’objet de ce blog que d’écrire un texte triste, un plaidoyer pour la liberté.

Je l’ai fait ailleurs, autrement. Je crois que j’aurais vraiment aimé savoir dessiner.

 

download

Et pourtant, la personne qui aime tant écrire derrière son clavier a changé ce jour-là.

Comme si le choix des mots, le choix des sujets pouvait devenir un problème.

Comme si le sens du mot liberté avait perdu de son panache.

Alors quand même, j’ai eu envie de dire un mot ici, avant qu’on recommence à rire de moi et de mes aventures, et c’est peu dire de dire qu’il y en a eu un paquet depuis ces derniers mois.

Et tellement à venir.

Et parce que ma liberté d’écrire est ma psychothérapie, parce que j’aime baptiser les choses et que mon ordinateur rutilant neuf symbolise cette liberté, je l’ai appelé Charlie.

Parce qu’il ne faut plus jamais oublier.

 

(Ps : à compter des prochains jours, ce blog reprendra son cours normal)

Publicités

2 commentaires

Laissez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s