Mois: juillet 2014

Mon nom, mon métier et le «grand blanc»

(Non non pas le requin hein).

A l’heure où je tape ce billet, alors que le mois de juillet et l’été se sont installés tranquillement dans nos cabinets nous épargnant audiences, téléphones et mails de client, il semblerait que certains représentants du gouvernement tentent d’avoir notre peau, nous faisant passer pour des incompétents avides d’argent.

C’est donc le bon moment, je trouve (moi et mes 3 autres moi on en a discuté un peu), pour vous parlez du phénomène du « grand blanc ». Pour en avoir parlé avec plusieurs de mes confrères (garçon ou fille), je ne suis pas la seule à avoir vécu cette étrangeté du monde humain.

Il est conventionnellement admis dans notre société que quand on se retrouve avec des gens qu’on ne connaît pas, par exemple à une table à un mariage, les gens s’échangent quelques banalités puis viennent à se poser la question fatidique « Qu’est ce que tu fais dans la vie ? ».

1kuT6MZ

Je dois avouer que cette question m’angoisse au plus haut point tant et s’y bien que très souvent j’essaye de m’y soustraire où d’empêcher qu’on ne me la pose.

Et toujours à cause du blanc.

Parce qu’inlassablement, systématiquement, implacablement, quelque soit l’interlocuteur, quand je dis « je suis avocat », cette annonce est suivie d’un moment de silence lourd et gêné qui je dois le dire est assez désagréable.

Je me suis posé alors plein de questions pour expliquer ce moment de flottement où les yeux se tournent vers moi.

Petit florilège des mes interrogations et des réponses que j’ai apportées pour éclaircir ce phénomène.

Première question : C’est dans ma tête ?

A force que cela arrive à chaque fois, je me suis dit que ca devait venir de moi. Mes proches étant peu enclins à me croire, je me suis dit qu’il fallait que j’arrête de me faire des films et que je continue à annoncer mon métier, distinctement pour pas que l’on me fasse le répéter.

Par facilité certainement, je m’étais convaincue que cette idée était la bonne jusqu’à ce que les autres autour le remarquent et me fassent la réflexion.

Donc non, ce n’était pas dans ma tête, les gens se taisent après l’annonce de mon métier.

Je ne suis donc pas si folle, mais cela ne me rassure que très peu.

Deuxième question : Ils pensent que j’ai triché à l’examen (d’entrée, de sortie et aussi pendant mes 5 années de fac) ?

Au mot « avocat », l’effet de surprise fonctionne.

Tant et si bien que leurs yeux ébahis et ronds comme des billes me dévisagent.

De mon point de vue et avec toute ma confiance en moi réunie, j’envisage qu’on pense que je mens ou que j’ai acheté un bout de papier aux puces avec marqué avocat dessus.

Que cette blonde en short en jean et tongs (oui ben je ne suis pas non plus tous les jours en robe d’avocat hein) ne peut pas avoir réussi tous les exams sans tricher ou avoir utilisé des méthodes douteuses !

Certains tentent de me reprendre en me disant, « tu veux dire que tu étudies pour devenir avocat » ! Euh non mec, je suis avocat depuis 4 ans…

Je ne compte donc aucunement sur ce réseau là de connaissance pour avoir des dossiers, manifestement, ils doutent de mes compétences.

La réponse à cette question est restée en suspens. Si vous avez des pistes…

Troisième question : je baisse dans leur estime ?

Le temps que leur cerveau intègre que c’est bien mon métier, je lis dans leurs yeux que je viens de perdre 10.000 points sur l’échelle de respectabilité.

En étant avocat, je ne peux que pomper le fric des honnêtes gens pour finalement perdre leurs dossiers ou pire, peut être même que j’ai eu à défendre des pédophiles ou des meurtriers, ce qui me fait passer direct dans les points négatifs.

(Petite parenthèse : les gens qui après ce blanc se permettent de me demander comment je fais pour défendre un violeur, je ne leur adresse plus la parole, mais ca fera l’objet d’un billet à part…)

Quatrième question : les gens sont des malotrus pas dignes de moi ?

Après avoir désespérément retourné la question dans tous les sens, la conclusion qui s’impose à moi est le fait que ce ne vient pas de moi mais des autres.

J’ai essayé toutes les intonations, toutes les attitudes pour l’annoncer.

L’humour, le cynisme, la douceur, la fierté…

Rien n’y fait. Ce blanc gênant s’impose !

Alors je capitule chers malotrus (oui j’aime bien ce mot tellement old school) qui n’êtes pas capables de dire un mot gentil voir même un mot tout court quand vous apprenez mon métier.

Et j’en déduis que le problème ne vient pas de moi mais de vous.

Et ca c’est tant pis pour vous…

Publicités

Un mot, 5 lettres

Parfois, il y a des billets qu’on ne prend pas le temps d’écrire.

Parfois, ce sont ces billets qui comptent le plus qu’on ne prend pas le temps de partager.

Alors, il m’apparait important de prendre le temps d’un billet pour vous dire MERCI.

Un grand merci du fond de mon petit cœur.

Un grand merci parce que ça fait bientôt 4 mois que le blog est lancé et que la barre des 12.000 visiteurs a été franchie.

Alors oui j’estime que ça vaut bien un billet. Un billet pour vous le dire.

 

IMG_5968

Alors merci à celui qui m’a encouragé à me lancer, m’a aidée pour toute la mise en page et m’encourage au quotidien,

Merci à tous mes amis dans la vraie vie qui n’hésitent pas à me laisser à chaque occasion un petit mot en passant,

Merci à tous mes confrères, docteurs, magistrats, experts et tout le reste de la communauté de Twitter, pour ces échanges enrichissants sur nos métiers respectifs et la vie en général, j’ai l’impression de tous vous connaitre,

Merci à Maitre Roger qui a réalisé à ce jour la plus réussie inteview de moi (http://www.desinformations.com/c-91_portrait-de-la-jeune-avocat-en-tant-que-blogueuse.html),

Merci à tous ceux qui m’ont écrit des petits mots pour échanger sur le blog, les études de droit où le reste de mon métier,

Merci à Zythom pour son billet croisé sur l’expertise judiciaire,

Et plus généralement, un grand merci à vous tous de prendre un peu de votre temps pour lire mes mots.